Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Une étude ZEN 2050 : Pour réussir a concilier neutralité carbone et société de consommation

L’étude ZEN 2050 : concilier neutralité carbone et société de consommation.

Suite aux négociations qui ont conduit à l’Accord de Paris pour la COP21 en décembre 2015 et son entrée en vigueur fin 2016, les dirigeants du monde entier ont décidés d’agir pour lutter contre le réchauffement moyen de la planète. L’année 2019 pourrait-être un tournant dans la prise de conscience des sociétés, avec cette étude publiée par l’Association « Entreprises Pour l’Environnement » avec ce scénario ZEN 2050 (« Zéro Emission Nette en 2050 ») : « Les vitesses de transition nécessaires sont telles qu’elles demandent dès à présent des politiques déterminées, incitatives et socialement justes, avec une visibilité à long terme, et crédibles, tant vers les entreprises que vers les consommateurs ». Réalisée par un consortium d’experts, cette étude pourrait faire prendre consciences aux entreprises et à ces citoyens, de la faisabilité de la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Comment révolutionner dans la continuité ?

Cette transition qui doit s’opérer en douceur s’apprêterait pourtant plus a une « révolution« , alors que nous sommes parvenu à réduire nos émissions de CO2 de seulement 0,5 % par an lors des 25 dernières années et principalement grâces aux industries. Et donc l’objectif de réduction de 4 % par an sur 30 ans semble difficile à atteindre sans changement majeur de comportement et donc de modèles économiques différents. Ce changement sera d’autant plus difficile que nos objectifs nationaux sont dépassés de 6,7 %. Quant à l’empreinte carbone de la consommation des ménages, supérieure à 10 tCO2e/habitant/an devra être divisée par trois suivant l’étude ZEN 2050.

La clé de ces évolutions : tout en gardant un maintien de la croissance et de la société de consommation, une transformation du système socio-technique, avec une légère démographie puisque, la France comptera environ 70 millions d’habitants, selon le scénario médian de l’INSEE. L’étude, en prenant l’exemple de l’évolution des modes de vie à partir de neuf ménages, des plus réticents à la transition aux plus moteurs.

Il faudra doubler ses puits de carbone grâce à l’agriculture et la technologie.

L’augmentation naturelles de forets et les océans n’y suffiront pas : dans les hypothèses retenues par le scénario ZEN, la France devra doubler ses puits de carbone jusqu’à capter environ 100 MtCO2eq par an. Il sera ainsi égal aux émissions du territoire. La capture et la séquestration du carbone devra être forte, à hauteur de 10 MtCO2/an dont la moitié proviennent du captage des émissions de l’industrie. Mais les auteurs eux-mêmes émettent des doutes sur le potentiel d’injection des bassins parisien et aquitain. la revalorisation des déchets deviendra donc essentiel et des solutions techniques comme Treenox devrons émergés.

L’autre point évoqué par l’étude est l’approche par la transformation des grands systèmes socio-techniques qui structurent la vie des habitants. En effet, entre la répartition des terres agricoles, entre production de ressources renouvelables, et l’arbitrage nécessaire entre usages alimentaires, la tendance sera une diminution de consommation de viande mais de meilleure qualité et une augmentation de consommation végétale plus locale. La façon de consommer devra être différente afin de produire uniquement selon nos besoins et éviter ainsi le gaspillage alimentaire comme par exemple l’a initié la startup Mealcanteen dans les établissements scolaires, ou facilité la réparation des objets avec une éco-conception et améliorer son recyclage ou ses réutilisations comme avec Negozen.

Les secteurs impliqués dans cette vaste transition.

Sans surprise l’immobilier : il faudra avoir des logements très performants énergétiquement avec 80 % des bâtiments très bien isolés et 30 % du neuf avec une étiquette A ; le fioul devra disparaître au profit de l’électricité en pompe à chaleur, du gaz renouvelable ou du bois, avec un parc tertiaire intégralement rénové.

Dans ZEN 2050, le secteur des transports voit ses émissions 155 MtCO2eq divisées par 10 en 2050, avec une division par 3 de la consommation d’énergie. Une personne sur 2 n’a pas encore commencé a réduire sa consommation d’énergie mais avec le remplacement des véhicules thermiques par des véhicules à zéro émission devrait assurer 90 % des réductions annoncés dans les transports, malgré les 9 millions de véhicules privés.

Le transport aérien ne décroît pas , il devrait augmenté de +2,6 % par an en Europe. l’étude compte sur des ruptures technologiques avec des solutions moins énergivore et prône le développement massif des énergies renouvelables.


Claire Tutenuit à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne
Entreprises pour l’Environnement

Le scénario ZEN souligne ses co-bénéfices en termes de bien être, de réduction des pollutions atmosphériques et de protection de la biodiversité et sur la valeur d’exemple et d’entraînement qu’un tel modèle pourrait avoir à l’international et pour initier ce changement des conférences au sein des entreprises et des étudiants, comme ce 22 mai 2019 à Ecoles des mines de Saint-Etienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :